Carrières dans votre région Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culturel

Retour

28 novembre 2023

Kim Desormeaux - kdesormeaux@medialo.ca

Le ministère ne retient pas la proposition de la SODAM

Classement du moulin et de la maison meunier

2723moulin Mascouche

©Courtoisie

Le moulin et la maison du meunier.

Près de trois ans après le dépôt de sa demande de classement du moulin et de la maison du meunier du domaine seigneurial de Mascouche, la SODAM apprend que son dossier n’a pas été retenu par le ministère de la Culture et des Communications.

Le 31 octobre dernier, la SODAM recevait une lettre du ministère de la Culture et des Communications informant l’organisme que sa demande de classement du moulin et de la maison du meunier du domaine seigneurial de Mascouche n’a pas été retenue. Cette lettre indique que l’analyse de la demande a révélé que ces biens ne possèdent pas l’intérêt patrimonial suffisant pour justifier son classement. Selon le ministère, le moulin et la maison du meunier ne se démarquent pas significativement à l’échelle du Québec et les moulins à eau classés présentent un meilleur état de conservation – certains sont notamment encore fonctionnels. De surcroît, le ministère ajoute que le moulin et la maison conservent très peu de traces matérielles de leurs fonctions historiques.

La SODAM en désaccord

Consternée, la SODAM tient à exprimer qu’elle ne partage pas l’avis du ministère. L’organisme réaffirme que les derniers bâtiments du domaine seigneurial détiennent une importance à l’échelle du Québec et doivent impérativement être protégés. Rappelons que le 19 octobre dernier, la SODAM était lauréate du prix « Sensibilisation » remis par Action patrimoine, afin de reconnaître et célébrer la diversité des multiples actions de sensibilisation à l’histoire et au patrimoine des derniers bâtiments du Domaine seigneurial de Mascouche.

« Nous interprétons le refus de notre demande comme message du gouvernement comme étant que la protection du patrimoine au Québec semble n’être que sous la responsabilité des municipalités avec le support des sociétés d’histoire et de groupes de citoyens bénévoles. Et c’est un non-sens », explique François Tétreault, directeur adjoint de la SODAM.

L’avenir du site

Un espoir demeure : que le règlement de citation 1268 visant le domaine seigneurial, entré en vigueur en 2019, ait un impact positif sur l’intégration d’un futur projet au cœur du site patrimonial. Malgré la déception de ce refus, la SODAM entend maintenir son rôle de vigie, de médiatrice et de gardienne du patrimoine local. À travers son volet Société d’histoire de Mascouche, l’organisme poursuivra ses actions en mobilisation citoyenne et en diffusion de l’histoire locale et du patrimoine bâti sur le territoire de la municipalité.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média