Carrières dans votre région Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualité

Retour

18 janvier 2023

Naomie Briand - nbriand@medialo.ca

Un homme pointe du doigt les policiers de Terrebonne

PROFILAGE RACIAL

une profilage

Pierre Marcel Monsanto a déposé une plainte contre 18 policiers de Terrebonne.

La Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse (CDPDJ) se tourne vers la Cour supérieure dans 13 dossiers impliquant un résident noir de Terrebonne et le service de police. Pierre Marcel Monsanto aurait en effet été intercepté à 15 reprises entre septembre 2018 et avril 2021, alors qu’il était au volant de la voiture de sa conjointe. « Ma cause, c’est la cause de la communauté noire de Terrebonne », martèle-t-il.

Appuyé dans ses démarches par le Centre de recherche-action sur les relations raciales (CRARR), il estime être la cible de discrimination, de profilage racial et de harcèlement. Les véhicules conduits par M. Monsanto auraient également fait l’objet de 83 vérifications dans les bases de données policières durant cette même période. La CDPDJ demande que 205 000 $ soient remis à l’homme : 170 000 $ provenant de la Ville de Terrebonne, et 35 000 $ des 18 policiers visés par les 13 dossiers retenus par la Commission.

Pierre Marcel Monsanto est catégorique : avec sa famille, il veut maintenant quitter Terrebonne, où il ne se sent pas le bienvenu. « Je crains pour mes enfants », plaide-t-il, eux qui ont assisté à certaines des interceptions des policiers. Il estime que si les Noirs dénonçaient systématiquement les cas de profilage racial et savaient le nombre de consultations de leur dossier dans les bases de données, cela « aurait l’effet d’une bombe au Québec ».

M. Monsanto affirme que d’autres Noirs de Terrebonne lui ont témoigné des expériences semblables, mais que bien peu veulent les dénoncer publiquement, par peur de représailles.

3523mosanto

©courtoisie

Pierre Marcel Monsanto

Inquiétude

Le directeur de la CRARR, Fo Niemi, est inquiet du contexte qui prévaut dans le sud de Lanaudière, lui qui est également intervenu dans des dossiers à Repentigny. « Il y a quelques phénomènes à surveiller. Les gens se déplacent en périphérie de Montréal à cause de la qualité de vie (rires) », dit-il, avec une pointe d’ironie dans la voix.

Il convient que le dossier de M. Monsanto est très particulier, en raison des montants suggérés par la Commission. Il faudra plusieurs mois avant de savoir si la demande introductive déposée devant la Cour supérieure sera acceptée. « Ça peut aller en 2024 avant une première audience », soutient Fo Niemi. Un délai avec lequel Pierre Monsanto est « très à l’aise ». « Je suis prêt à aller jusqu’au bout. »

Lisez également : La police rejette les allégations de profilage et Surprise complète chez AMINATE.

À votre retraite, habiteriez-vous dans une résidence comme le 45 Nord ?

Proposer votre sondage Voir les résultats

Propulsé par votre hebdomadaire local

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média